Chopard au Grand-Prix de Monaco Historique : un partenariat d’exception

- 17.05.12

De retour après 3 jours exceptionnels au cœur du Grand Prix de Monaco Historique nous essayons progressivement de nous remettre de cette expérience hors du commun qui, comme tout moment intense, laisse une sensation de nostalgie après l’avoir vécu.

L’excitation autour d’un tel événement vous transporte. Tous vos sens sont en éveils. Tout particulièrement la vue, par le nombre incalculable de voitures exceptionnelles qui vous entourent, l’odorat, avec cette odeur particulière qui règne autour d’un circuit, et l’ouïe, par le bruit incessant des moteurs de F3, F1 et bien d’autres bolides incroyables qui tourbillonnent sur la piste de Monte Carlo.



Dans les paddocks, le luxe non ostentatoire est de mise. L’importance est donnée aux détails. Outils, tenues, équipements, casques… tout est savamment étudié, rien est laissé au hasard. Mais si tous les participants éprouvent certaines divergences quant à l’importance qu’ils portent aux accessoires, il y en a un qui fait l’unanimité : la montre. Pilotes, mécanos et invités rivalisent par leurs garde-temps. A croire que la course ne se passe pas que sur la piste, mais bel et bien sur le poignet des gens. Sur le podium des grandes favorites, c’est finalement Chopard qui obtient la première place avec un nombre impressionnant de modèles fièrement portés par leurs propriétaires.



Ceci est très probablement du à la relation qu’entretient la maison Chopard avec le GPMH depuis maintenant 12 ans. Une relation placée sous le signe de la « passion », qui est née d’une amitié entre deux hommes : le pilote et légende vivante, Jackie Ickx, et le Co-President de Chopard, Mr Karl-Friedrich Scheufele. « Grâce à mon ami Jacky Ickx, j’ai eu la chance d’entrevoir « l’autre » Grand Prix de Monaco et je le remercie pour cette opportunité. … C’est un honneur pour Chopard d’être associé au Grand Prix Historique de Monaco, qui est assurément un temps fort du calendrier des courses automobiles » Karl-Friedrich Scheufele

Les belles mécaniques sont donc de mise. Et si les garde-temps mesurent les tours de pistes, les pilotes, eux, ne se font pas de quartier ! Et c’est peu de le dire… Sur le tracé sinueux de Monte Carlo, ils accélèrent sans retenue, font crisser les pneus de leurs belles montures et se frôlent à grande vitesse pour atteindre la première marche du podium. A tel point que certains se font arrêter net dans un mur par manque de maitrise…

Bref, participer au Grand Prix de Monaco Historique c’est véritablement monter dans une machine à remonter le temps et revivre la belle époque des courses automobiles. Celle où pilotes et spectateurs n’étaient pas cloisonnés par les enjeux financiers, celle où les risquent étaient si grands que la tension des pilotes était palpable jusqu’au tribunes. Enfin, celle où les voitures étaient si belles qu’elles n’attiraient que des amateurs d’objets de bon goût, à l’image des montres Chopard...

© Photos - Les Rhabilleurs